dimanche 26 juin 2016

17 décembre 1950



Au clos des châtaigniers, ça se passait super bien, je m’étais fait des copines, plein de copines...faut dire que dans l’escalier (dix appartements) pour familles nombreuses, je n’avais que l’embarras du choix....si je compte un peu, il devait y avoir en gros...une quarantaine de gosses, et je ne compte pas ceux qui sont nés après l’installation des familles.
Je ne vous dis pas le bruit qu’il y avait là-dedans...surtout les jours sans école.
Quand il faisait beau, on allait jouer dehors, mais quand il pleuvait, on restait dans l’escalier...à jouer à la dinette sur les paliers...non, on ne vendait pas de « chite » dans ce temps-là...on jouait à la poupée, c’était quand même plus sympa. Ha, c’est sûr la fin du mois commençait tôt...mais vu que tout l’escalier était logé à la même enseigne...
Il n’y avait pas un jour, où nous n’allions pas frapper cher le voisin pour emprunter quelque chose, sucre, café, et autre nourriture...
Au RDC, sur les deux locataires, il y avait un couple de retraités, genre vieux du Muppets Show, qu’on arrêtait pas d’ennuyer car on jouait sous leur fenêtres...et l’autre famille, des gens très gentils, il y avait au moins sept enfants, une famille très catholique pratiquante, mais, qui faisait des réserves de nourriture, pour pas manquer, surtout quand tu as beaucoup de bouches à nourrir, un vieux réflexe d’après-guerre sans doute.
C’était super pratique, ils nous revendaient, soit du sucre, de l’huile etc...Sans faire aucun bénéfice.
Toute cette entraide, n’existe plus, une fois que j’eu quitté  le Clos des châtaigniers  je n’ai retrouvé ça qu’une fois, et, sur mon lieu de travail.
Au premier étage, une famille de riche...hi hi...je dis riche, car il n’y avait au début que deux enfants, les parents travaillaient tous les deux, c’est eux qui ont eu la première télé de l’escalier. On allait très rarement chez eux, les enfants n’étaient pas dans nos âges.
Juste en face, une autre famille, d’au moins cinq enfants...toutes de jolies petites têtes blondes aux yeux bleus. Mais alors, là, niveau hygiène, c’était pas terrible, d’ailleurs même les yeux fermés on savait à quel étage nous étions...mais ceci dit, des gens très gentils et serviable à souhait. Bien sûr il n'y avait ni gardien ni femme de ménage, chaque famille faisait l'escalier à tour de rôle, et au premier, elle le faisait avec son eau de vaisselle, les trois quarts du temps, si bien qu'il était souvent plus sal et plus gras quand c'était leur tour....
Au second étage, Doux Jésus...là, c’était bien au-dessus de toute imagination...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les trolls seront poubellisés immédiatement