dimanche 26 juin 2016

17 décembre 1950...



Je vous ai dit que j’utilisais l’école avec modération, j’étais dans les moyennes...je n’ai jamais fait d’éclats, mis à part la lecture, les récitations, et le vocabulaire, j’étais bonne.
Il y a quelques années, j’ai eu la chance de pouvoir récupérer mon dossier scolaire grâce à une personne de ma famille qui était à la direction de mon école primaire. Truc de dingue, je suis même entrée dans ma classe, celle du certificat d’étude...l’émotion qui m’a submergée était dense...revenir tout d’un coup dans son enfance, se rassoir à sa place...j’ai « kiffé grave » comme parlent maintenant, les supers élèves de notre école publique...
Nous sommes montés au grenier, que des trésors de souvenirs, les filles de ma ville qui me lisent et qui passent par-là, auraient sans aucun doute aimé être avec moi...mais j’ai pensé à vous et je vous ai revu dans ma petite tête...rires...j’ai trouvé tout ça très petit, et pourtant je ne suis pas grande...c’est surtout la cour de récrée, toute petite, et les toilettes, qui avait était refaites, bien sûr, mais ça m’a rappelait que c’est ici que j’ai paniqué une fois quand j’ai vu du sang dans ma petite culotte, que je pleurais et n’osais plus en sortir, alors les copines sont allées chercher la directrice, qui gentiment, m’a emmenait dans son appartement de fonction, et m’a expliqué ce qui m’arrivait...elle me donna le nécessaire en attendant le retour à la maison...
Si maintenant, les mômes en savent beaucoup trop, à notre époque début années soixante, on ne savait rien, car on ne nous disait rien, surtout pas d’explications !
J’avais beaucoup aimé, cette journée de retour en enfance. Alors, il y a peu de temps, je cherchais un papier, quand je suis retombée sur ce dossier scolaire, et même sur mon carnet de vaccination, qui équivalait au carnet de santé de maintenant. Après la guerre, on prenait soin des élèves dans notre école publique.
Il y avait la visite médicale, et les vaccinations. Tout cela se passait à l’école, comme ça on était sûr que c’était suivi, et tout cela gratuitement, avec un médecin et une infirmière qui venait de la ville de la préfecture. Tout a disparu, sans doute pour faire des économies, et c’est sans doute mieux que ce soit les parents qui surveillent, sauf qu’il y en a beaucoup qui ne le font pas...
Je vais vous mettre quelques petites annotations que j’ai scannées pour vous...pour les filles de ma ville de naissance, vous pourrez voir la signature de la directrice...lol...

1 commentaire:

Les trolls seront poubellisés immédiatement