dimanche 26 juin 2016

17 décembre 1950...



Mon père avait encore sa mère, qui vivait avec eux,  maman ne l’aimait pas et elle le lui rendait bien...sans compter que le monsieur avait eu une fille d’un premier mariage qui vivait aussi dans le deux pièces.
Maman âgée de vingt-deux ans avait donc, une belle fille et une belle mère à domicile, plus un vieux mari...pour ma part je trouve que c’était cher payé juste pour laver l’honneur de la famille, mais on ne rigolait pas dans ce temps-là !
Ce n’était donc pas que du bonheur, il y avait souvent de l’eau dans le gaz avec la grand-mère et la belle fille. Deux ans après la naissance de ma grande sœur, un petit garçon vînt essayer de souder l’union un peu chaotique. C’était bien trop pour maman, elle mit mon père en demeure, et il plaça sa fille chez les sœurs, ouf, une de moins...restait encore la grand-mère...
Maman me raconta qu’un soir, ils mangeaient la soupe, la chère grand-mère fît une réflexion désobligeante à maman, comme quoi la soupe n’était pas à son goût...
-Comment ça !
-Elle n’est pas bonne ma soupe ?
 La grand-mère n’eût pas le temps de répondre car maman lui envoya son assiette dans la tronche! J’aurais bien aimé être là pour voir ça. Maman ne se laissait pas faire, elle avait du caractère, je pense que je tiens un peu d’elle...peut être même beaucoup...je n’aime pas qu’on me chatouille...
Du coup, vu qu’elle était à la retraite, la grand-mère migra vers la maison de retraite de l’hôpital. Si bien que pour nous, elle devînt, la grand-mère de l’hôpital, pour ne pas se tromper avec l’autre, la mère de maman, celle qu’on ne voyait jamais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les trolls seront poubellisés immédiatement